Skip to content

Enquête sur un viol collectif dans un train de banlieue

21 avril 2009

A la suite d’une plainte d’une lycéenne, la police des Yvelines enquête sur un viol collectif. La jeune fille déclare avoir été agressée samedi matin entre Poissy et Les Mureaux.

Les policiers de la sûreté départementale des Yvelines mènent, depuis hier matin, une délicate enquête sur une affaire de viol collectif. Une lycéenne de 18 ans a déclaré avoir été violée, samedi matin, dans un train entre les gares de Poissy et des Mureaux (Yvelines) par deux ou trois jeunes hommes. Traumatisée, la victime a déposé plainte, quelques heures après l’agression, au commissariat de Poissy.
Devant la gravité des faits décrits, le parquet de Versailles a saisi, hier, la sûreté départementale des Yvelines. La jeune fille doit être à nouveau entendue aujourd’hui.

Plusieurs ecchymoses

Samedi à l’aube, de retour d’une soirée parisienne, la lycéenne prend le RER A à la station Châtelet, à Paris, et s’arrête en gare de Poissy pour rejoindre un train de banlieue et regagner le domicile de ses parents. Selon son témoignage, vers 7 heures du matin, elle monte dans la dernière rame où se trouvent six ou sept jeunes âgés d’une vingtaine d’années. Elle s’assied sur une banquette et branche son lecteur MP3. L’un des jeunes se serait alors approché d’elle avant d’essayer de lui arracher les oreillettes de son baladeur. Après cet incident, la jeune fille veut descendre à l’arrêt suivant pour changer de compartiment.
Mais, toujours selon ses déclarations, un membre du groupe se serait interposé puis l’aurait attrapée par le col. « Il m’a dit : Tu fais quoi ? Et on s’est embrouillés. Il m’a saisie à la gorge », déclare-t-elle sur procès-verbal aux policiers. La victime aurait alors porté des coups de pied à son agresseur pour lui faire lâcher prise. En vain. C’est à ce moment que ses complices l’auraient rejoint avant de donner des gifles à la jeune fille immobilisée au sol. « Toujours selon ses propos, ses agresseurs lui ont arraché ses vêtements, précise une source proche de l’affaire. Deux ou trois hommes l’auraient ensuite violée. » Lorsque le train arrive aux Mureaux, la petite bande descend, en prenant soin d’emporter le lecteur MP3, le téléphone portable et les papiers de leur victime.
« C’est une affaire gravissime », souligne le parquet de Versailles qui prend très au sérieux les déclarations de la victime présumée. Trois préservatifs ont été retrouvés dans la rame dans laquelle l’agression aurait eu lieu. La jeune femme, qui se serait beaucoup débattue, porte des ecchymoses sur plusieurs parties du corps. L’expertise médicale, pratiquée le jour des faits, établit qu’elle a subi des rapports sexuels très récents.
Les bandes de vidéosurveillance de la gare des Mureaux ont déjà été étudiées mais elles ne permettraient pas d’identifier les agresseurs. Les enquêteurs de la sûreté, qui gardent à l’esprit l’agression antisémite inventée de toutes pièces, en juillet 2004, par une jeune femme dans le RER D, devaient aller récupérer, hier, d’autres vidéos à la gare Saint-Lazare à Paris. Par ailleurs, la police recherche tout témoin qui se trouvait dans le train au moment de l’agression ou qui aurait aperçu un groupe d’individus à la gare des Mureaux aux alentours de 7 heures du matin.
« Il nous arrive d’être abusés par des femmes déclarant avoir été violées alors que ce n’est pas le cas, confie un enquêteur. Dans cette affaire, le témoignage est plus que crédible et il est étayé par des éléments matériels. » Jointe hier, la mère de la jeune fille a sobrement confié que « son enfant voulait se reconstruire ». « C’est une épreuve très difficile. On la protège énormément, précise la maman. Elle essaie de positiver en se disant qu’elle est encore en vie… »

Source: leparisien.fr

One Comment leave one →
  1. Jacob permalink
    3 mai 2009 22:52

    « C’est une affaire gravissime » c’est le cas d’le dire !!

    Je connais certain agents de la sécurité opérant sur le train reliant -St Lazare a Mante la jolie- un trajet qui dessert bien évidement sur les Mureaux .

    Les agents m’ont décrit a plusieurs reprise le quotidien de ce train a l’allure « Ghetto ».

    Beaucoup de violence, les agressions sont légion, la plupart des jeunes viennent de Mante La jolie ou des Mureaux. 2 Communes regroupant les Cités les plus sensible de France….

    Personnellement je prend ce train souvent, et il faut le dire, les passagers sont tres ‘méfiant’ ils ont limite ‘peur’
    Heureusement , la Police Ferroviere est sur la plupart des trajets.

    Mais quand je lis ce fait divers, je me dit que cela peut être possible.
    Dommage, qu’a cause de la fausse déclaration antisémite dans le RER D, toute les autres déclarations sont prise avec des pincettes !

    A propos des camera de surveillance.
    Pour avoir visiter plusieurs postes de sécurité dans beaucoup d’endroit (Lieux Public, Hôtel, Siège etc..) je me suis rendu compte avec effarement que le matériels de vidéos surveillance était tellement archaïque, que l’ont ne distinguait même pas les visages des individus suspects a l’écran. je pense qu’il faut une rénovation des camera, c’est primordial pour la sécurité public.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :