Skip to content

Maître Karim Achoui : Futur Barack Obama français ?

18 avril 2009

El Watan quotidien indépendant
Karim Achoui, avocat pénaliste français est, ces dernières années, au milieu d’une tourmente qui ne finit pas de faire couler beaucoup d’encre et qui s’amplifiera certainement lors de son procès attendu pour 2010, qui l’innocentera ou le condamnera dans l’affaire Antonio Ferrara. Ce dernier, connu dans le milieu du grand banditisme parisien, s’évada de prison le 12 mars 2003.

On accusa Me Achoui, qui était son avocat, d’avoir aidé à cette évasion. Il nia. D’abord condamné à sept ans de prison, sans preuves, dit-on, Me Karim Achoui a enfin été libéré sous caution, grâce au soutien de certain de ses pairs, grands noms du barreau parisien et grâce surtout à un formidable mouvement de solidarité citoyen organisé en comité de soutien et à sa tête Rachid Nekkaz, homme politique français (Parti social démocrate). Ce dernier planta une tente devant la maison d’arrêt de Nanterre, où était détenu Me Achoui, et décida d’une grève de la faim jusqu’à la libération du condamné sans preuves. C’est lui qui paya les 50 000 euros requis pour sa mise en liberté conditionnelle le 4 février 2009. Libéré sous caution certes, mais libéré quand même, Me Achoui, crée, dès sa sortie de prison, une fondation contre les injustices (www.fondationkarimachoui.org). L’avocat écrit sur son blog « 50 jours de prison m’ont fait prendre conscience comme jamais d’une’ injustice criante : les condamnés sans preuves, j’en fais partie. Ils représentent près de 10% des détenus, soit 6300 personnes. C’est inacceptable dans un état de droit. L’avocat que je suis, le condamné sans preuves que j’ai été, a décidé de réagir en créant une fondation contre les injustices ». A travers les médias de masse, Me Achoui est cloué au pilori en tant qu’« avocat du milieu ». On lui reproche d’être devenu, au fur et à mesure de son ascension, plus qu’un avocat du milieu, un ami du grand banditisme parisien. Et par extension, d’être devenu lui-même du milieu. On lui reproche son train de vie, trop beau pour être celui d’un avocat qui ne vivrait que de ses honoraires. Maître Achoui récuse toutes les accusations et reproche à la presse l’acharnement contre sa personne. « J’ai le très net sentiment d’avoir souvent été, et de le rester plus souvent qu’il ne le faudrait, le petit canard noir qui empêche les choses de tourner en rond, qui dérange le jeu, qui change les donnes, qui perturbe les règles », écrit-il à l’intention de ses détracteurs (Karim Achoui. L’avocat à abattre. P131). Me Karim Achoui a été l’objet d’une tentative d’assassinat le 22 juin 2007 en plein cœur de Paris. Poumons perforés, il en échappa par miracle.

Ce qui fit dire à ses ennemis qu’il paya le prix de ses « extravagances ». L’affaire Karim Achoui est devenue une affaire d’Etat du fait que l’avocat a publié un livre en 2008 L’avocat à abattre, dans lequel il cherche à comprendre le « qui » et le « pourquoi ? » de cette tentative d’assassinat. Il parle de complot qui tendrait à l’éliminer du barreau, parce que remportant trop de succès, il serait devenu gênant. Ce livre, véritable brûlot et best-seller, a été disséqué par les pour et les contre Karim Achoui. Invité des chaînes de télévision françaises, l’avocat est révélé au public qui découvre en cet homme quelque chose d’exceptionnelle. Il est, en effet, aux autres en rien pareil. Cet homme, beau, séduisant, élégant, raffiné jusqu’au bout des ongles, qui force l’écoute et le respect et qui s’exprime avec aisance, au timbre parfait et posé, a tout d’un homme d’Etat. L’erreur judiciaire, si elle est prouvée, permettrait à cet homme aux multiples capacités d’être le futur Barack Obama français, car il pourrait et saurait être un homme politique d’envergure. En effet, il est de ceux qui drainerait les foules au seul son de sa voix et à la seule apparition de sa personne si imposante. Les forum sur internet témoignent de l’engouement autour de sa personne. Elégant à souhait avec ses costumes « Smalto » comme il aime à le préciser, pour en rajouter et titiller les jaloux, cultivé plus que de raison, il n’est pas de journalistes qui n’aient pas été déstabilisés par tant d’assurance et de réparties. Ses fans s’en régalent et les vidéos font le bonheur des internautes. En dehors du fait que cet homme ne s’est pas retrouvé grand avocat du barreau parisien par miracle, car ses études furent prestigieuses, et il fut classé « parmi les premiers des mille cent diplômés » (idem p 130), il a pour lui ce que personne ne peut lui disputer et en cela même ses détracteurs sont d’accord, il a en effet une présence qui impose. De quelques côtés qu’on se tournerait pour essayer de trouver un défaut, on se retrouverait bredouille.

« Mais il y eut une faille, une faille de taille », (idem p l06), écrit-il. Mais laquelle ? Son honneur est désormais entre parenthèses, il faudrait qu’il soit blanchi. Et le futur Barack Obama français, qui en a non seulement la stature, mais aussi les compétences, a une mission majeure, celle de gagner son procès dans l’affaire Ferrara. Cette affaire, dont beaucoup savent son innocence, et ils sont nombreux à le croire parmi ses pairs, est malgré tout une faille et non des moindres dans ce parcours prodigieux qui est le sien. Me Karim Achoui avait-il le choix de sa clientèle ? En lisant son livre, et si nous avons bien compris ses propos, il est clair que non. Longtemps, dit-il, il est resté sans travail : « Je me retrouvais donc avocat virtuel, sans patron, sans contrat et sans robe. Mon nom ou plutôt mon prénom à consonance arabe ? Je compris très vite que même avec la robe d’avocat qui est dans la tradition française une manière de mettre, dans la confrérie, tout un chacun au même niveau, je n’étais pas, d’emblée, accepté. » (idem p 130). Mais dirait-on, il aurait pu faire un autre droit que le pénal. Il a goût du risque, cela s’entend. Fils d’un ouvrier algérien, kabyle, il a travaillé dur pour atteindre le firmament. Il avait jubilé d’être devenu, à force de travail en à peine quelques années, l’incontournable avocat pénaliste parisien « avec lequel il fallait désormais compter » et il ne pouvait aussi bien réussir s’il n’avait pas en plus des capacités, une dose de génie. En gagnant son procès et en créant son parti, si jamais il lui en venait l’idée, Karim Achoui découvrirait qu’il n’y a que la politique qui lui donnerait la dose d’adrénaline nécessaire à sa résurrection.

Source: El Watan
Auteur: Leïla Benammar Benmansour, Docteur en communication

7 commentaires leave one →
  1. Sellamna mED aMINE permalink
    19 avril 2009 01:05

    a 24 ans , Avocat déjà en Algérie , je suis venu ici pour me spécialisé en pénal et devenir avocat pénaliste . J’arrive en France et j’entends parler de cette affaire Karim AChoui qui remit tout mes calculs en doute . Pourrais-je atteindre mes objectifs dans ce milieu avec un prénom de Mohamed Amine?
    Affaire a suivre .

  2. Dalloz permalink
    19 avril 2009 11:31

    TOUT est dit dans l’article EL Watan… Voilà pourquoi Maître Karim Achoui dérange l’establishment en général, et nos politiques en particulier!
    Justement à l’heure actuelle, n’a t-on pas besoin d’hommes qui osent bousculer l’ordre établi ?

  3. emma permalink
    19 avril 2009 22:25

    quel article!…j ai pensé tout ce qui est écrit…à une exception près…je crois sincèrement que Me Achoui est plus doué qu’Obama et surtout qu’on ne peut pas les comparer Karim Achoui est trop lui. Avec toutes les qualités qu’il a le président est trop lisse par rapport à la magistrale personnalité de ce condamné sans preuves!

  4. Anne permalink
    20 avril 2009 07:20

    Très bon article,
    Remarquable portrait d’un Homme qui « mérite tous les égards ».

  5. Karim SELMI permalink
    20 avril 2009 13:48

    TOUTES LES GROUPIES DE KARIM ACHOUI.
    Président ? En l’espèce, mieux vaudrait mesure garder…
    Baraq OBAMA est une véritable bête politique, formatée pour cela par des années de militantisme de terrain et très certainement une catharsis, un désir de revanche, sur le père absent dont le parcours avait profondément creusé le sillon que le fils se devait d’emprunter. Afin d’espérer exister !
    Au reste, l’élection d’OBAMA restera l’aboutissement de cinq siècles de luttes et, au final, ce n’est même pas une demie-victoire pour les afro-américains. Il est manifestement évident que ce n’est pas le nègre que l’Amérique a élu, encore moins le démocrate blanc.
    C’est bien l’anté-Bush, je dirais même l’antéchrist, qu’ils ont porté au pouvoir comme pour se laver de leur propre pêché d’avoir élu – par deux fois – un imbécile patenté, parce qu’il leur ressemblait, sinon Hillary aurait été élue. Si celle-ci fut éliminée dès les primaires, c’est qu’elle n’était pas le négatif exact de G.W Bush.
    Pour en venir à Maître Karim ACHOUI, j’ai bien entendu son intervention à la Maison de la Culture d’Asnières… La politique ne semble pas être sa tasse de thé. Ceux qui sont convaincus du contraire, sont comme Jeanne d’Arc. Pour autant que l’intéressé reste muet et pour cause…
    Une telle prudence est à porter au passif de son bilan et, en ce sens, Karim ACHOUI a bien raison.
    Une fois dans la fosse, les fauves de la politique sont en effet impitoyables. L’exemple de Bernard TAPIE, qui est loin d’être un chérubin, est là pour en attester.
    Pour s’éviter d’être ravalé au rôle de figurant ou à celui de faire-valoir, les dons de sémillant séducteur ne suffisent pas. TAPIE en est la preuve vivante. Encore faut-il mouiller longtemps la chemise et se soumettre aux véritables forces qui président au gouvernement réel de ce pays.
    Je doute que l’ego de Maître ACHOUI puisse le disposer à une telle soumission.
    Son avis sur la question s’impose donc.
    Pour ma part, je lui conseillerais de rester un « homme libre » dans tous les sens du terme.
    Ceux qui aspirent à opérer une OPA sur sa personnalité sont légions. A cet égard la réunion d’Asnières était édifiante.

  6. R B H 2A permalink
    22 avril 2009 12:40

    DOMMAGE

    Notre communauté à encore raté le coche.

    Ils nous auraient fallu être soudé, uni, solidaire autour de karim.

    Ils nous auraient fallu être présent, actif, organisé, précis.

    Cette affaire n’a pas eu l’ampleur qu’elle méritait.

    VU A LA TV ok et alors ?

    c’est sur un véritable combat de fond, que cette affaire aurait du déboucher.

    Or je constate un manque d’implication, un manque de capacité à appuiyer sur les bons levier.

    Etre libre OK et alors ? si on a pas su s’unir autour de achoui autour de qui allons nous le faire ?

    Nous navons pas conscience du rendez-vous avec l histoire que nous venons de louper.

    dommage

    mais merci d’exister.

    zidane , achoui oumazel…

    bon courage

    si t’as besoin d’une conseillere en communication Leïla Benammar Benmansour, est au top, je vous l’avait dit des zizou notre communauté en possède plein. fo capitaliser sur ces personnalité si on souhaite prendre l’ampleur que l’on mérite. Etre bien entouré c’est bien etre écouter c’est ien mieux !!!

  7. BOUCHEFA permalink
    1 mai 2009 20:17

    bravo cher ami , cher karim ACHAOUI , VOUS ËTES TRES COURAGEUX .
    VOUS ETES UN HOMME D ‘ honneur . MOI JE SUIS KABYLE , nous les KABYLES
    NOUS AVONS DU  » NIF  » ; nous détestons l ‘ injustice  » LA HOGRA « .
    BON COURAGE CHER MAITRE ACHAOUI
    BIEN CORDIALEMENT
    MES AMITIES SINCERES
    FRATERNELLEMENT
    SEG ‘ UL ( en kabyle : de tout coeur )
    hafid BOUCHEFA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :