Skip to content

Metro : 15 avril 2008

15 avril 2008

Karim Achoui : “Si mon agresseur est là, je le reconnaîtrai”
L’avocat Karim Achoui sera confronté mercredi à ses agresseurs présumés.
Interview par Aurélie Sarrot
Karim Achoui, surnommé L’Avocat du milieu” (connu pour l’affaire Ferrara), était convoqué mardi à la brigade criminelle. Le 22 juin dernier, alors qu’il sort de son cabinet, boulevard Raspail (XIVe), des individus tirent sur lui à deux reprises avec un 11,43, un calibre réputé dans le milieu du banditisme. Mardi, il était entendu au 36, quai des Orfèvres, et il sera confronté mercredi à ses agresseurs présumés.

 

Comment s’est passée votre rendez-vous au 36, quai des Orfèvres ?

Il y a eu un procès-verbal.   J’ai répondu à des questions sur des dossiers et certains clients. “Connaissez-vous un tel ? A-t-il des raisons d’être impliqué ? Pourriez-vous être mêlé de près ou de loin”… Pour le secret de l’enquête, je n’en dirai pas plus. Si les charges se précisent, je devrais être confronté à ces six hommes en fin d’après-midi.

Jeudi soir au plus tard, soit les six hommes seront remis en liberté, soit ils seront conduits chez le juge pour être incarcérés.

Avez-vous été surpris de cette convocation à la Crim ’ ?

Je pensais que l’affaire n’aboutirait pas. Mais visiblement, l’enquête avance.

Si l’homme qui vous a tiré dessus est là, vous le reconnaîtriez sans problème ?

A 100%. L’allure générale, le visage. Si mon agresseur est là, je le reconnaîtrai. Le 22 juin, à 22 heures, il ne faisait pas nuit. Sur le moment, on ne pense pas à qui vous tire dessus, on pense à prendre la fuite. Après, j’ai pensé à certaines personnes, bien sûr. Certains font référence à un de mes anciens clients, d’autres à la police. Quand on a un contentieux avec des fonctionnaires de police sur certaines affaires, on peut douter. S’ils ne sont en rien responsables de ce qui m’est arrivé sur le volet assassinat, je présenterai les excuses qu’il y a lieu de faire dans ces cas-là. Si, en revanche, il apparaît qu’ils sont impliqués, j’en tirerai les conséquences.

Etes-vous encore convaincu que la police est contre vous ?

Je n’ai jamais émis le moindre doute à l’égard de la police criminelle. Je suis remonté comme une pendule contre un certain nombre de fonctionnaires de police, notamment de la brigade de répression du banditisme, mais je n’ai rien à dire contre la Crim ’, dont les enquêteurs sont très performants.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :